RichDirt 2.0 Review

By 15/05/2013Actualités, Blog

RichDirt est un plugin pour 3dsMax. Il est passé il y a peu en version 2.0, petite review du plugin qui va vous aider à salir vos maps !

Il y a principalement deux utilisations de base du VRayDirt : l’ambient Occlusion et l’utiliser pour salir les coins d’un mesh et ainsi agir sur l’influence de la modélisation sur un shader. Evidemment on peut faire bien plus mais disons que cela reste les deux utilisations les plus utilisés de cette map. Le plugin RichDirt est la pour faciliter et améliorer la vitesse de production de ces maps.

RichDirt 2

La version 2 de RichDirt a introduit quelques nouveautés, notamment RichScene qui permets de gérer tout le Dirt de la scène à un seul endroit. Il s’applique ainsi de manières différentes sur chaque objets et permets de ne plus avoir a gérer le Dirt de la scène shader par shader. Le principe de RichDirt est assez simple : salir les angles de vos modélisations. C’est finalement assez simple techniquement avec un VRayDirt et quelques bitmaps bien placé mais cela reste beaucoup de travail quand il faut le faire à la main et objet par objet. En plus de cela ça implique souvent de devoir paramétrer le tout shader par shader et donc d’adapter le tout à la modélisation de la scène, mine de rien ça devient vite des heures de travail.

L’interface du plugin est simple et efficace, on se retrouve tout de suite et vous verrez qu’après quelques minutes d’utilisation vous serez en mesure de sortir toutes la salissures dont vous avez besoin en mois de 10 minutes montre en main !

Ambient et Inner Occlusion

Le premier truc à comprendre avec RichDirt c’est sa méthode de travail. Encore une fois on retrouve ceci avec un VRayDirt classique mais c’est juste que ça va plus vite ! L’ambient va donc fonctionner comme un VrayDirt classique et l’Inner en mode normal inversé. Une fois que l’on sait ça le reste des paramètres de base de la map est exactement le même qu’avec un VRayDirt. Subdivisons et Radius étant surement les plus utiles si on veut faire simple. La seule critique que je puisse faire ici est de ne pas avoir un pourcentage d’opacité des maps. J’aime bien utiliser une node intermédiaire (type Output ou Color Correction) et ça peut être pratique de ne les placer qu’a 80%.

richdirt_01richdirt_02richdirt_03

Je fais l’impasse sur l’exclusion d’objets, j’imagine que tout le monde comprend de quoi il s’agit 😉

Streaks !

Les streaks, c’est le cœur du plugin : créer des traces de salissures en fonction de la modélisation de l’objet. Mine de rien il n’y a pas 50 manières de procéder : utiliser un VRayDirt et ses quelques limitations ou déplier les UVW et faire ses textures dans Photoshop. On le sait tous cela représente beaucoup de travail et RichDirt est la justement pour vous simplifier la vie. Je choisis donc un preset dans le menu déroulant. A noter que chaque Preset est assortie d’une illustration relativement clair ce qui m’aide bien vu l’étant actuel de mon anglais 😉

richdirt_04 richdirt_05 richdirt_06

Comme vous pouvez le remarquer le plugin adapte tout seul la map de Dirt en fonction de la modélisation et des objets qui entourent l’objet qui contient une map de RichDirt. Franchement c’est énorme comme gain de temps ! Imaginez faire un shader de ce type à la main : utiliser un VRayDirt combiné avec une VRayDistanceTex rattaché aux objets en question, le tout avec un mapping UVW avec plusieurs Mapping Channel afin d’isoler les textures de diffuse et de Dirt… Ca reste évidemment jouable mais cela représente des heures de travail alors que la en quelques clics cela tourne direct !

Voici quelques exemples de preset :

richdirt_07 richdirt_08 richdirt_09

Le menu Streak Style vous permets d’éditer votre preset et de lui donner un aspect différent tout en conservant les propriétés du preset. Une espèce de bon mélange entre simplicité d’utilisation et personnalisation, les paramètres sont clair et facile à prendre en main. Pour être franc je me suis rarement sentie aussi à l’aise avec un plugin en si peu de temps, même si l’ergonomie du plugin mérite peut-être quelques corrections utiliser ce plugin s’avère être un jeu d’enfant !

RichDirt possède également un feature super pratique : le merge objects ! Ne me dites pas que cela ne vous ai jamais arrivé je ne vous croirais pas 😉 Pour le coup c’est le genre de détail qu’il manque au VRayDirt et RichDirt porte bien son nom à ce moment précis : Si différents objets ont la même map RichDirt va ignorer les Edges invisibles !

richdirt_10 richdirt_11 richdirt_12

Pour terminer il est également possible de sortir le tout dans le Render Elements via une pass d’ExtraTex, meme pas besoin de linker quoi que ce soit puisque toutes les maps présentes dans la scène vont s’y ajouter automatiquement. Ceci dit les résultat de la Beauty est alors calculé sans RayCasting… C’est un peu dommage, j’aurais bien aimé voir un système de baking beaucoupl plus simple qui se sert des UVW pour sortir une map .exr tout simple qui contient les infos du Dirt en question et l’applique simplement.

richdirt_13 richdirt_14 richdirt_15

RichScene

Comme je vous le disais au début, le RichDirt Scene est un addon et qui permets d’appliquer un réglage global sur toute votre scène. Ainsi, plus la peine de caler une RichDirt Map sur les shaders qui vous intéressent  ici le plugin se charge de tous les shaders en même temps ! Une fois votre RichDirt Scene Shader en place il suffit de cliquer sur Add/Update to Diffuse ceci a pour conséquence de charger toutes les maps nécessaires dans votre scène. Au niveau du Slate Material Editor ça parait être de la folie ceci dit il y a aussi un bouton Remove qui vous permets de retrouver vos shaders comme ils étaient. Heureusement parce-que je me sentirais pas trop de nettoyer une grosse scène ! ^^

Evidemment il y a plusieurs mode de sélection par : scène – selection – material editor. Ceci pour ajuster au mieux les shaders. Vous pouvez également exclure certains types de matériaux, comme par ceux qui contiennent de la refraction afin d’exclure toutes les vitres d’un bâtiment. Le preset par défaut à de quoi faire frémir n’importe lequel de vos clients mais après quelques minutes de réglages histoire de rendre la map un peu plus subtil, le résultat devient vite intéressant. J’aime beaucoup le système de layer qui permets de placer le Dirt au fur et a mesure. Niveau ergonomie il ne faut pas oublier de faire son “update” avant de lancer en rendu, dommage que cela ne soit pas fait automatiquement.

richdirt_16 richdirt_17 richdirt_18

Un seul vrai regret ici, si il y a déjà une map RichDirt sur votre shader le plugin ne la détecte pas. Dans un sens c’est normal, si il y a plusieurs maps dans la  scène cela permets de les conserver et d’appliquer les nouveaux réglages par-dessus mais d’un autre coté je me dis que ce serait bien qu’il y ait un mode override qui écraserait tous les RichDirt Map présente dans la scène pour ne conserver que le RichDirt Scene.

Prix

Niveau tarif il faut tout de même faire attention, RichDirt est disponible à partir de 49$ mais cela n’inclue pas toutes les features, notamment l’indispensable “Merge Objects”. Si vous envisagez d’utiliser RichDirt sur des modélisations complexes (immeubles etc.) il va falloir passer sur la version Extreme qui vous coûtera 129$. Pour le coup, je trouve les features de la version Standard un peu léger, franchement sans le Dry Objects et le Merge Objects RichDirt perd beaucoup de son intérêt en production puisque c’est grâce à ces deux outils que vous allez pouvoir modifier votre modélisation sans vous poser de question sur les paramètres de la map de Dirt que vous souhaitez obtenir. Enfin, la version RichScene à 249$ qui vous permettra d’accéder à RichDirt 2 Extreme + RichScene ça c’est à vous de voir selon vos besoins et l’utilisation que vous lui réservez ! Par contre il n’y a pas (encore?) d’upgrade possible depuis depuis RichDirt (Standard ou Extreme) à RichScene donc prévoyez-bien 😉

Télécharger la Version Demo

Verdict

Tout ce que RichDirt fait peut être fait à la main avec une map de VRayDirt et quelques nodes additionnelles, c’est juste qu’au lieu d’y passer des heures vous allez le faire en quelques secondes et c’est précisément pour cela que RichDirt est un plugin intéressant !

Faire un trottoir avec quelques traces sur les arêtes du modèle est facile en soi mais dans notre profession ou les changement sont constant c’est plus difficile “d’aplatir” en dépliant les UVW. Quelque part cela nous force à conserver des shaders évolutifs en cas de modifications du modèle et donc des UVW. Mine de rien les modificateurs Mapping en Box avec un MapScaler dessus sont souvent le moyen le plus simple d’avoir un résultat rapide et souple en cas de modifications. La ou RichDirt devient votre map de Dirt préferé c’est que même si les paramètres du modèles changent, la map s’adaptera instantanément et votre trottoir restera alors un objet riche en terme de texture même si vous utilisez des méthodes de dépliage UVW simple. J’avoue que ce plugin est une vrai bonne surprise et mine de rien je suis ravie de pouvoir l’utiliser. C’est le genre de plugin qui ne parait pas indispensable mais une fois qu’on y a goûté il le devient vite. Conclusion : un must-have pour gagner du temps et sortir des maps bien plus Rich 😉

[adrotate banner=”48″]

Join the discussion 11 Comments

Leave a Reply